3 questions à Guillaume POUPARD, Directeur Général, ANSSI

Publié le

Guillaume POUPARD répond à nos questions à l’occasion du mois européen de la cybersécurité qui se déroulera en octobre.    

Quel est le rôle de l’ANSSI dans l’organisation de cet événement ?

L’initiative de cet événement (il s’agit de la 5ème édition) vient de l’ENISA, l’agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information.
Tout au long du mois d’octobre, des activités de sensibilisation seront organisées en France et en Europe autour des enjeux de la sécurité à destination des professionnels, des particuliers et des étudiants.
En France, l’ANSSI coordonne le programme des activités et organisera des actions de sensibilisation. Elle ne sera pas seule : de nombreux acteurs institutionnels vont prendre part à cet événement.
De manière générale, nous travaillons étroitement avec l’ENISA. Nous avons même un représentant de l’ANSSI, Jean-Baptiste Demaison, au board de cette Agence. Cette dernière n’est pas dans l’opérationnel. Elle a surtout un rôle de prévention et de sensibilisation.

Il est important que le sujet de la cyber soit porté à l’échelle européenne ?

Absolument. Nous croyons beaucoup à une démarche européenne. Et nous estimons que dans ce contexte, la France doit jouer un rôle majeur. Avec l’Allemagne et l’Estonie, la France fait partie des pays en pointe sur les questions de sécurité du numérique. Nous prenons nos responsabilités mais c’est aussi dans l’intérêt de notre pays car les menaces, les attaques n’ont pas de frontières. La coopération est donc indispensable.

Concrètement, comment cela va se dérouler sur le terrain ?

Afin de rythmer l’événement tout au long du mois, plusieurs thèmes seront abordés. Au rendez-vous : la sécurité du numérique dans le milieu professionnel, la gouvernance et la sécurité des données, la sécurité du numérique chez soi et la formation. Des conférences seront organisées sur tout le territoire national. Des campagnes de com' web et des vidéos de sensibilisation seront diffusées.
Les ministères se sont emparés du sujet : Bercy afin de s’adresser aux entreprises ; le ministère des Armées qui est très pro-actif et a des enjeux de recrutement. Mais aussi l’Education nationale et les affaires sociales qui vont sensibiliser leurs collaborateurs.
C’est un sujet qui sera également porté dans les territoires via nos correspondants locaux et également les CCI. Il faut sensibiliser les PME mais là encore c’est aux décideurs de prendre le sujet en main. Quant aux industriels, ils ont aussi une place essentielle dans la diffusion des messages de sécurité. Il est essentiel, à l’occasion de cet événement, de rappeler que la sécurité du numérique est l’affaire de tous.

Dernière publication

TEMPS DE PROPAGATION : UN INDICATEUR CRITIQUE EN MATIÈRE DE CYBERSÉCURITÉ

Lire